• Docteur Nancie Attia

Un peu d’huile pour mon bébé

Hanouka célèbre la victoire de la Lumière sur l’Obscurité. Et, accessoirement, nous invite, huit jours durant, à déguster de délicieux beignets aux mille couleurs… Côté santé, on se doute que cette panoplie de fritures n’est pas des plus recommandées. Et pourtant, les acides gras n’ont-ils que des défauts ?


Les bienfaits de l’oméga 3

Parmi les acides gras, traditionnellement perçus comme les ennemis jurés des régimes et autres menus santé, l’oméga 3 sort du lot. Il se révèle même un allié non négligeable de notre organisme notamment en contribuant à préserver notre système cardio-vasculaire. Or, l’oméga 3 appartient aux acides gras polyinsaturés essentiels, c’est-à-dire qu’il ne peut être produit par notre corps. Il doit donc impérativement être apporté à notre organisme via notre alimentation.


"Bonne humeur" ou "baby blues"

Les omégas 3 jouent également un rôle majeur lors des grossesses puisqu’ils influeraient de façon directe sur le bien-être de la future maman et de son fœtus. Parmi les bénéfices observés lors des différentes études menées sur le sujet, on note ainsi la "bonne humeur" de la maman. Les femmes ayant consommé le plus d’oméga 3 lors de leur grossesse seraient les moins sujettes au “baby blues” susceptible de suivre leur accouchement. Cet épisode de déprime passagère est généralement la conséquence de la chute des hormones de la grossesse (les progestatifs) cumulée à la fatigue, aux nuits sans sommeil, aux craintes diverses qui se déclarent et à l’ensemble des bouleversements émotionnels et physiques qui accompagnent une naissance.


Boostons les neurones de bébé

Autre atout des omégas 3 : leur rôle dans le bon développement des cellules nerveuses du bébé à venir. Lors du dernier trimestre de la grossesse, le cerveau du nourrisson augmente de 3 à 5 fois. Et son principal carburant n’est autre que le DHA, dérivé de l’oméga 3. Les acides gras de type oméga 3 et oméga 6 participent donc activement à la formation des neurones et au transport du glucose vers le cerveau. Les aliments riches en oméga 3 sont des éléments clés pour le développement psychomoteur du bébé, pour son système nerveux, voire même sa vision : les omégas 3 agissent sur la croissance des cellules de la rétine. Pour bénéficier de ces bienfaits, le fœtus doit donc obligatoirement intégrer des omégas 3 via le placenta, autrement dit, via l’alimentation de la femme enceinte.


A quand les beignets au poisson ?

Dans le Top des aliments riches en oméga 3, figurent les fruits à coques telles que les noix ou amandes, la mâche, certaines huiles végétales (colza, lin, noix,...) et les poissons gras tels que le saumon, le thon ou le hareng. Alors, la boutargue, très riche en oméga 3, remplacera-t-elle bientôt nos traditionnels beignets de Hanouka ?