• Docteur Nancie Attia

Un étrog pour accoucher sans douleur

L’étrog est un fruit connu pour ses nombreuses vertus thérapeutiques. C’est aussi un symbole religieux universel qui remonte à la source de l’Humain en tant qu’être créé par Dieu. Ces deux approches si éloignées se rejoignent parfois dans un domaine précis : la gynécologie obstétricale.

Un citron pas comme les autres

On sait que lors de la fête de Souccot, le fruit que l’on appelle cédrat en français et étrog en hébreu est une des "vedettes" incontestées des festivités religieuses. Cet agrume qui ressemble à un citron est, en fait, le véritable fondateur de toute la famille des agrumes. Observé à la loupe par les acheteurs comme s’il s’agissait d’un diamant, il peut atteindre des sommes équivalant à un salaire mensuel moyen lorsque son aspect correspond à tous les critères de beauté et de perfection attendus. Beaucoup d’histoires sur les Juifs de Pologne des siècles derniers parlent même de certains fidèles qui s’endettaient pour une année entière afin de posséder pendant la semaine de Souccot ce fruit tellement rare dans ces contrées. Différentes raisons religieuses expliquent que ce fruit qui ne coûte pas plus cher qu’un simple citron tout le reste de l’année devienne si précieux pendant la semaine de Souccot. Et pourtant, la longue liste des vertus médicales de l’étrog devrait en faire un produit recherché tout au long de l’année.


Remède universel pour toutes sortes de maux

Composé de vitamine C, A, B1, B2 et B3, de bêtacarotène, de silicium, de calcium, de cuivre, de phosphore et de manganèse, d’huiles volatiles, de limonine et de diosmine, le cédrat est antiseptique, tonique et bactéricide. Anti-inflammatoire et désinfectant pour l’intestin, il protège les voies urinaires contre la cystite. Il fluidifie les sécrétions en cas de refroidissement des bronches, il calme la toux et a d’indéniables qualités antiseptiques. Il favorise une bonne tension artérielle, combat la cellulite, stimule la croissance des cheveux et rééquilibre le système nerveux. Antidépresseur, il stimule également l’intellect. Purifiant et alcalinisant, on l’utilise comme draineur lorsque le terrain est très acidifié. Brûlures, vomissements, inflammations, douleurs, plaies, entorses, maladies respiratoires, toux, infections virales, fièvres, hémorragies, circulation sanguine, rhumatismes, arthrite, goutte, congestion du foie, on ne compte plus les pathologies qui peuvent bénéficier des vertus du cédrat. Mais sait-on qu’une femme enceinte qui mange de la confiture d’étrog après Souccot pourra améliorer les conditions de son accouchement du point de vue de la douleur ?


Un fruit du paradis pour un petit bonheur terrestre

Entre médecine et tradition religieuse, on trouve plusieurs sources affirmant qu’une femme peut diminuer les douleurs de l’enfantement grâce à la consommation de l’étrog. Il est ainsi rapporté dans l’ouvrage "Kaf A’Haïm" (page 664 alinéa 60) qu'il y a une coutume de faire de la confiture d’étrog que l’on consommera le soir de Tou Bishevat (le 15 du mois de Shevat, la fête des arbres) pour accoucher facilement, sans trop de douleurs. Une autre coutume est rapportée par Rabbi 'Haïm Palagi dans son livre "Moed Le Kol 'Hay" (Chapitre 24, Paragraphe 25) : les femmes enceintes, pour avoir un accouchement sans danger, doivent prendre un Etrog le jour de Oshana Rabba (dernier jour de Souccot), mordre dedans en enlevant avec leurs dents le Pitam (petite pointe en haut de l’Etrog) ce qui rend le fruit inutilisable pour son usage religieux mais comme ce jour-là la fête se termine et l’Etrog ne sert plus à rien (malgré sa valeur inestimable quelques heures auparavant) cet acte n’est pas vu comme négatif, bien au contraire. La raison de cette coutume est que selon la tradition juive le fruit interdit au Paradis était un Etrog. Eve en mangeant de ce fruit alors que l’interdiction n’était pas encore levée, a entraîné sur terre la malédiction d'enfanter dans la douleur. En attendant que l’Etrog ait perdu son caractère sacré, la femme d’aujourd’hui qui pratique cette coutume montre qu’elle a eu la patience d’attendre que l’Etrog ne soit plus sacré pour en disposer à la différence de la première femme : Eve. Elle n’a donc pas à subir les douleurs de l’enfantement.


Etrog et péridurale

Il est vrai qu’il existe aussi la possibilité d’effectuer une péridurale pour anesthésier les douleurs lors de l’accouchement. Mais cela n’empêche pas de consommer également de la confiture d’Etrog. En effet, la femme moderne pourra ainsi vivre un accouchement sans douleur en pleine conscience d’être une nouvelle Eve qui vit avec son temps tout en respectant les traditions.