• Docteur Nancie Attia

Maman et bébé ont la pêche

Introduire des fruits dans notre régime alimentaire, voilà une initiative qui peut avoir d’heureuses conséquences pour une meilleure santé des futures mamans et des futurs bébés. Même en plein cœur de l’hiver, il est possible de fruiter nos repas.

Au nouvel an des arbres

En effet, au lieu de nous désoler de la rudesse du climat et de la mélancolie du paysage, pourquoi ne pas déjà guetter les prémices du renouveau, à quelques jours de Tou Bishvat, le nouvel an des arbres. D’autant que les nombreuses espèces de fruits qui garniront notre table, sont d’excellents atouts pour la santé en général, et pour la santé de la femme enceinte en particulier.

Fibres et vitamines presque à volonté

Côté vitamines, mentionnons tout d’abord la vitamine B6 que l’on trouve notamment dans les avocats, les bananes et les fruits secs, et qui permet de lutter contre les nausées de début de grossesse. Sans en abuser bien sûr, afin d’éviter une prise de poids excessive, il est conseillé de terminer ses repas par un bon fruit. En complétant par d’autres espèces comme le melon, la mangue, le kiwi et les fruits rouges, on permet l’apport de vitamine B9, appelée également acide folique, et c’est le fœtus, cette fois, qui bénéficiera d’éléments favorables au développement de son système nerveux. Ces fruits qui contiennent également de la vitamine C permettent de renforcer, par la même occasion, le système immunitaire de la maman et de fixer le fer afin d’écarter les risques d’anémie pendant la grossesse. Enfin, la consommation de ces fruits et leur apport en fibres, permettent de lutter contre la constipation et les hémorroïdes assez courantes chez la femme enceinte.


Des bébés plus intelligents

Les fruits ont également une influence sur le QI des bébés. En effet, une étude de l’université d’Alberta au Canada a démontré que les femmes enceintes qui ont mangé plus de fruits pendant leur grossesse, ont un enfant au QI plus élevé que les autres, de 6 à 7 points par rapport à la moyenne. Cette enquête menée sur près de 700 bébés âgés de 1 an a mis en évidence l’impact important que ces régimes ont sur les facultés d’apprentissage du bébé. Mais attention, tout abus est nocif. Une surconsommation de fruits, riches en fructose, pourrait conduire à des complications comme un diabète gestationnel ou un poids trop élevé du bébé à la naissance.


Auprès de mon arbre

Quoi qu’il en soit, si vous craignez les effets secondaires des excès de fruits et si vous préférez vous abstenir d’en introduire un trop grand nombre dans votre régime alimentaire, vous pouvez toujours profiter de l’arbre, qui, en lui-même, a une action bénéfique sur la santé. Des études ont démontré que les patients hospitalisés qui ont la possibilité de regarder des arbres, guérissent plus rapidement et souffrent moins de complications que ceux qui n’ont pas accès à ce type de paysage. Les arbres réduisent le stress et accélèrent le processus de rétablissement. Ils ont une influence sur le moral et les émotions, sans compter qu’un seul arbre peut fournir, à lui tout seul, une journée d’oxygène pour quatre personnes. Imaginez l’impact du nouvel an des arbres, si chacun d’entre-nous plantait sa petite forêt d’arbres fruitiers autour de sa maison… Attention tout de même aux efforts trop violents pour celles qui sont à terme ! Souhaitons une bonne année à tous les petits Ilan et Ilana qui naitront sous les bons hospices de ce nouvel an des arbres.